RITUEL DE BOUE / RITUEL DEBOUT

J’ai entendu ma voix intérieure, mon appel. Elle disait : renait à toi-même mais son message je ne le comprenais pas tout de suite. Je n’entendais que : argile rouge.

J’ai lutté contre mon instinct, mon intuition me trouvant sotte de vouloir me barbouiller le corps et le visage de boue sur le simple fait que je m’y sentais poussée.

J’ai cédé. J’y suis allée. J’ai décidé de faire de cet appel le mien, de cet instant un rituel. J’ai posé l’intention sans trop savoir laquelle sinon de me faire du bien.
Alors je mets de la musique, de la chaleur, un parfum de lavande et de douces matières.

Dès mes vêtements tombés au sol, j’ai senti comme une peau qui tombait, une couche d’un moi dont je n’ai désormais plus besoin.
Après l’exfoliation, une nouvelle couche était tombée.

Entre je et jeu, entre eau et terre, mon corps s’est couvert de cette couleur rouge étrange, inconfortable pour mon mental. Elle me rappelle mes origines, celle des peuples premiers, celles dont nous sommes tous issus. Elle me relie aux Aborigènes d’Australie, aux Natifs d’Amérique du Nord et du Sud, aux Africains, aux femmes et leurs rituels de beauté antique, aux enfants et aux jeux les jours de pluie, aux animaux, aux insectes, à la terre Gaia, au Tout et à tous.

Je ne me reconnais pas et pourtant je me sais être moi. Instant étrange d’être et de ne pas être à la fois. Ou peut-être, d’être tout à la fois, qui sait ?

J’aurais aimé gardé ce cocon de douceur, et de reliance plus longtemps mais ma peau appelle à respirer, à se défaire du restant de ce qui ne m’appartient désormais plus. Je me renouvelle.

L’eau se teint de rouge. Un rouge sang. Le sang que je n’ai pas à verser pour renaitre. Ou peut-être est-ce le sang de la Terre qui me permet de naître. Je ne sais pas bien. La sensation est étrange et douce à la fois.

Lorsque je sors de là, je réalise que j’ai pris une teinte plus foncé. Que j’ai retrouvé la couleur avec laquelle je suis venue sur le Vieux Continent. Je renais à l’Ilienne que je suis. Je me relis à mon île par un processus que je n’aurais jamais imaginé. Oui ma peau à repris ce hâle doré qui même en vacances au soleil semblait ne plus vouloir de moi. C’est comme un accord tacite entre elle et moi : unit pour la vie, même si on ne se voit pas.

L’huile de noix de coco finit par adoucir mon état. Je suis étrangement heureuse. Comme un petit buzzz de bonheur. J’aimerais pouvoir rester nue encore longtemps sous ce soleil qui ne réchauffe pas. Je me rends compte de la chance que j’ai d’être dans un appartement, d’avoir un radiateur, une salle de bain. Mes pensées vont pour ceux qui n’ont pas cette chance un instant et reviennent ici et maintenant.

Mon rituel s’achève mais j’aimerais le faire durer encore un peu. Alors j’écris ces mots en espérant qu’il t’inviteront à renouer avec toi. Argile, boue, plante, minéraux…tu sais ce qui est bon pour toi. Ecoute-toi. Tu as une sagesse en toi qui ne demande qu’à s’exprimer, s’épanouir, se libérer.

Puisse-tu renaitre avec ce printemps qui arrive.

Puisse cette dernière lune d’hiver éclairer cette partie de toi qui te manque tant.

Puisses-tu te tenir debout dans la splendeur de ton être ✨

Emilie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pour assurer une meilleure navigation, ce site utilise des cookies.

%d blogueurs aiment cette page :