Coeur bonheur

J’ai aussi droit au bonheur.

Je vous parle de ces derniers jours comme je parlerais d’un rêve. Le Bonheur est venu frappé à ma porte et en ouvrant je me suis figée. Je l’ai vu et là mon cerveau à buggué : « Wow wow wow t’es sûre que c’est vraiment toi qu’il vient voir ? », « t’es sûre d’être prête ? », « souviens toi la dernière fois qu’il a frappé, certes c’était cool mais bon s’il s’en va tu feras quoi ? », « tu as fait quoi pour le mériter ? », « ça durera pas de toute façon », « et puis bon, le bonheur il frappe pas chez n’importe qui, tu la sens la pression ? » Yeahhh, la Peur (avec un grand P siouplé), la résistance et surtout, surtout la sensation de ne pas le mériter : the unworthiness, être indigne de lui.

Je sais que parfois tu le ressens aussi : quand tu as une promotion que tu n’attendais pas, ou quand tes amis spontanément te proposent leur aide, quand tu vois l’admiration dans les yeux de ton fils ou quand tu trouves la maison qui te fais vibrer ou juste quand tes prières sont entendus. Qui es-tu pour mériter ça ? qui es-tu pour mériter qu’on t’aime ? qu’on te donne la chance d’aimer ? Qui es-tu pour prétendre à ce bonheur qui est là, devant toi ?

Mais n’était-ce pas ce que je voulais ? N’est-ce pas pour cela que j’ai travaillé sur moi, lâché prise sur tant de choses, que j’ai fais ces pas vers moi ? que j’ai tant fait couler de larmes ? N’est-ce pas ce que j’ai tant demandé à l’Univers ? Il est là à ma porte et je me pose 10 000 questions…

Suis-je capable de le cueillir ce Bonheur comme un bouquet de lavande ? de l’accueillir comme un ami de longue date ? Est-il vraiment cet étranger dont je me méfie ? Suis-je encore capable de le reconnaitre ?

Inspire, expire, respire. Accueille. Je ne peux vivre que le présent. Trop souvent je l’oublies.

Je suis une âme incarnée, une part de l’Univers, je suis moi.

Je te le dis, j’ai droit au bonheur, et toi aussi.

Alors, ouvre ta porte et dis pourquoi pas ?

Le bonheur Partie II

Suite à cet article sur le bonheur, et les commentaires, je me suis posée des questions. Et voici la suite^^ (deux en un^^)

Pourquoi est-ce qu’on croit toujours que le bonheur prends la forme d’une personne ? Pourquoi est-ce qu’on croit qu’il vient de l’extérieur ? Pourquoi le souhaite ai-je si ardemment et me cachais dès qu’il est là ? Pourquoi avais-je tant de mal à le reconnaitre ?

Je ne m’étais jamais vraiment posé la question. Pour moi, le bonheur avec le temps a changé de forme. Il est désormais dans une douche chaude en hiver (ou en été^^), dans un repas fait avec amour, dans le lever du soleil sur un nouveau jour plein de promesses, dans un couché de soleil rempli de souvenirs. Il est dans les sourires de ceux que j’aime, dans les petits mots de ceux que j’aide à grandir, à avancer. Il est dans l’embrun de la mer et l’air pur des montagnes, dans l’odeur de la pluie sur la terre sèche.

Il est dans la reconnexion avec les parties de moi que j’ai nié si souvent, si longtemps et que je montre au grand jour. Il est dans ces chants qui viennent de l’âme, dans la sieste sur l’herbe et le soleil sur ma peau.

Mais avant de comprendre que tout cela était Bonheur, j’ai dû apprendre à le reconnaitre. A accepter l’éphémérité (si ce n’est pas un mot je l’invente) de chacun de ces moments. Tout comme ma propre éphémérité (autrement dit que je suis mortelle et que du ‘quand’ je n’étais pas décisionnaire.) J’ai dû apprendre le présent.

Et puis parfois, ce bonheur prend une forme qui nous saute aux yeux parce qu’on nous a donné des exemples inrratables : un gain au loto, une personne, un voyage, un ticket pour Beyoncé^^. Bref, cette expérience extérieure devient un bonheur seulement si nous l’acceptons, l’accueillons et le reconnaissons. (c’est sur que si t’es pas fan de Beyoncé, c’est pas vraiment du bonheur lol).

Ce moment/bonheur est tout aussi éphémère que les autres mais parce que nous avons beaucoup d’attentes (et d’idées préconçues), il se transforme, et parfois se retire. Ou plutôt nous perdons la capacité de le voir comme tel. Nous nous accrochons au moment devenu passé en souhaitant désormais qu’il ne se finisse jamais. Nous oublions son éphémérité.

Le bonheur ne se vit réellement que dans un seul instant de la vie : le moment présent. Encore faut-il savoir vivre au présent. 😉

Je ne suis pas une experte en bonheur. En interrogeant votre coeur, vous aurez certainement les réponses et saurez le reconnaitre et l’accueillir quand il frappera à votre porte. Prenez donc le thé avec lui, il a tellement à vous apporter.

Kiss kiss

Emilie

Si tu veux recevoir une Feuille de temps à autre, c’est .

Et si tu as du mal à voir le bonheur, n’oublies pas que je fais aussi des séances individuelles.

1 réflexion sur “J’ai aussi droit au bonheur.”

  1. Ping : Lettre Père Noël

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pour assurer une meilleure navigation, ce site utilise des cookies.

%d blogueurs aiment cette page :